Corée du Nord : Kim Jong-un promet « un affrontement total » et d’utiliser l’arme nucléaire s’il est attaqué

Le leader nord-coréen Kim Jong Un (droite) marchant avec sa fille sur site du missile ballistique intercontinental Hwasong-17, à l'aéroport international de Pyongyang dans une photo prise le 18 novembre 2022 et publiée par KCNA le 19 novembre 2022afp.com - STR

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a supervisé le lancement de son dernier missile balistique intercontinental accompagné de sa fille qu’il a dévoilée au monde pour la première fois, dans un message publié samedi par l’agence d’Etat KCNA.

Dans un contexte de tensions croissantes dans la péninsule coréenne, Kim a aussi réaffirmé qu’il recourrait à la bombe atomique en cas d’attaque nucléaire contre son pays, après avoir supervisé vendredi aux côtés de sa fille le lancement du Hwasong-17 « avec succès », selon KCNA.

Ce « tir d’essai a clairement prouvé la fiabilité du nouveau système d’armement stratégique majeur », a commenté le média d’Etat.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a indiqué samedi qu’il allait se réunir lundi pour discuter de la situation.

Fait extrêmement rare, KCNA, unique source d’information venant de Pyongyang, a fait mention de la famille de Kim Jong Un, soulignant que le dirigeant s’était rendu au lancement accompagné de sa « femme et (de sa) fille bien-aimées ».

Kim est apparu aux côtés d’une jeune fille dont l’âge n’est pas précisé, vêtue d’une doudoune blanche et de chaussures rouges. Il s’agit de la première confirmation officielle de l’existence de sa fille, selon les experts.

Le dernier lancement de vendredi confirme « qu’une fois de plus les forces nucléaires de la RPDC ont atteint une nouvelle capacité maximale fiable pour contenir toute menace nucléaire », ajoute KCNA, utilisant l’acronyme du nom officiel de la Corée du Nord.

Les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont intensifié ces derniers mois leurs manoeuvres militaires conjointes depuis que Kim Jong Un a déclaré en septembre que le statut d’Etat nucléaire de la Corée du Nord était « irréversible ».

Séoul et Washington ont notamment mené fin octobre et début novembre les plus grands exercices aériens communs de leur histoire.

Samedi, l’armée sud-coréenne a annoncé qu’un bombardier américain B-1B avait été redéployé dans la péninsule coréenne, dans le cadre de nouveaux exercices entre les deux alliés.

Mais la Corée du Nord voit dans ces démonstrations de force des répétitions générales à une invasion de son territoire ou à une tentative de renversement du régime.

Kim les a même qualifiés d' »exercices de guerre d’agression hystérique » et a promis de réagir « résolument aux armes nucléaires par des armes nucléaires et à un affrontement total par un affrontement sans merci », cité par la KCNA.

– Nouvelle génération –

L’agence nationale nord-coréenne a indiqué que le missile avait atteint « une altitude maximale de 6.040,9 km et a parcouru une distance de 999,2 km » avant « d’atterrir avec précision sur la zone prédéfinie » dans la mer de l’Est, ou mer du Japon.

La distance et l’altitude correspondent aux estimations données par Séoul et par Tokyo vendredi, et ne sont que légèrement inférieures à celles de l’ICBM tiré par Pyongyang le 24 mars, qui semble être son test le plus puissant jamais réalisé.

La Corée du Nord avait déjà affirmé avoir testé le 24 mars un Hwasong-17 –qui compte parmi les armes les plus puissantes de Pyongyang et qui a été surnommé le « missile monstre » par des analystes militaires– mais Séoul avait ensuite mis en doute cette affirmation.

Cette fois, les analystes ont déclaré que l’essai semblait réussi.

« Ce lancement est significatif car il s’agit (probablement) du premier essai réussi » de ce missile, a souligné auprès de l’AFP Joseph Dempsey, chercheur à l’Institut international d’études stratégiques (IISS).

Pyongyang a procédé début novembre à une rafale sans précédent de tirs de missiles, dont l’un est tombé près des eaux territoriales de la Corée du Sud.

La seule journée du 2 novembre a vu 23 tirs de missiles nord-coréens, soit plus que pendant toute l’année 2017, quand le dirigeant Kim Jong Un et le président américain de l’époque Donald Trump se menaçaient réciproquement d’apocalypse nucléaire.

En septembre et en octobre, Pyongyang avait déjà tiré une copieuse salve de projectiles, dont l’un avait survolé le Japon pour la première fois depuis cinq ans.

Selon Soo Kim, ancienne analyste de l’agence américaine de renseignement CIA, le lancement de vendredi témoigne de « la permanence du programme d’armement du régime des Kim, car il fait partie intégrante de sa propre survie et de la continuité du règne de sa famille ».

« Cela répond même en partie à des questions entourant la succession », a ajouté à l’AFP cette analyste, aujourd’hui à la RAND Corporation.

« Nous avons vu de nos propres yeux la quatrième génération des Kim. Et sa fille — ainsi que d’autres éventuels frères et soeurs — sera certainement préparée par son père », a-t-elle relevé.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s