Midterms : incidents techniques localisés lors du vote, des républicains crient au loup

La candidate républicaine au poste de gouverneur, Kari Lake, lors d'une conférence de presse à Phoenix, Arizona, le 8 novembre 2022. © Olivier Touron, AFP

Des conservateurs américains dénoncent mardi des incidents techniques localisés dans des bureaux de vote pour les élections de mi-mandat. En Arizona, État très disputé capable de faire basculer l’élection pour les deux camps, le scrutin a été perturbé par des problèmes techniques affectant les machines chargées de lire ou d’imprimer les bulletins. L’ancien président américain, Donald Trump a appelé ses partisans à « contester » les résultats.

Des représentants républicains, Donald Trump en tête, dénoncent mardi 8 novembre des incidents techniques localisés dans des bureaux de vote pour les élections de mi-mandat, l’ancien président américain a appelé ses partisans à « contester » les résultats.

« Le vote par procuration à Detroit, ça ne va pas du tout. Les gens se présentent pour voter et s’entendent répondre: Désolé, vous avez déjà voté », a affirmé Donald Trump sur son réseau Truth Social.  « Cela se produit en grand nombre, et ailleurs. Contestez, contestez, contestez! », a martelé le milliardaire américain, qui n’a jamais reconnu sa défaite à la présidentielle de 2020.

L’organisation indépendante Vote.org, a confirmé dans un communiqué l’existence de « problèmes techniques des machines à voter dans certains Etats », tout en soulignant que les autorités faisaient « tout pour (…) s’assurer que les électeurs ont d’autres options pour déposer leur bulletin de vote aujourd’hui. »

En Arizona, la tension monte

En Arizona, État très disputé capable de faire basculer l’élection pour les deux camps, le scrutin a été perturbé, mardi,  par des problèmes techniques affectant les machines chargées de lire ou d’imprimer les bulletins dans une soixantaine de bureaux de vote dans le comté de Maricopa, soit plus d’un quart des lieux prévus pour le scrutin.

De quoi provoquer une vive polémique dans l’Etat du Grand Canyon, où Joe Biden avait devancé Donald Trump d’à peine 10 000 voix en 2020. Ce comté, qui compte 4,5 millions d’habitants et comprend la capitale Phoenix, avait alors concentré une grande partie des accusations – rejetées après plusieurs audits et recomptages – de fraude électorale.

Ces incidents ont provoqué des files d’attente dans plusieurs bureaux mardi, mais le département des élections du comté a assuré sur Twitter que cela n’empêchait pas les électeurs de voter. En début d’après-midi, il a publié une liste de 111 bureaux sur 223, sans aucune file d’attente.

Quelques heures plus tard, la direction nationale du parti républicain a annoncé déposer un recours pour réclamer l’extension des horaires d’ouverture des bureaux de vote dans la soirée, en dénonçant « des problèmes largement répandus (…) totalement inacceptables » par communiqué.

Solution alternative

Pour les bureaux où les problèmes demeurent, une « solution alternative » est prévue, a insisté Bill Gates, un des responsables du comté de Maricopa dans l’Arizona. Les électeurs peuvent déposer leurs bulletins dans une « boîte sécurisée », qui sera ensuite ouverte « plus tard dans la soirée » pour comptabiliser les votes avec des machines fonctionnelles.

« C’est de l’incompétence », a fustigé la candidate républicaine au poste de gouverneur d’Arizona, Kari Lake, qui a accusé Joe Biden d’être un président illégitime pendant sa campagne, malgré les enquêtes ayant démontré la validité des résultats de 2020. « J’espère que ce n’est pas de la malveillance, mais nous allons trouver une solution et nous allons gagner », a ajouté la quinquagénaire, après avoir voté à Phoenix vers la mi-journée.

Cette proche de Donald Trump s’est toutefois abstenue de contester par avance les résultats de l’élection, alors que des appels à manifester dans les comtés de Maricopa et de Pima fleurissent déjà sur les réseaux sociaux. « Je ne sais pas quels problèmes vont émerger », a-t-elle expliqué, en appelant ses partisans à « faire la queue » sans se décourager et en martelant sa promesse de réformer en profondeur le système électoral en cas de victoire.

Alimenter la théorie du complot

De quoi renforcer une atmosphère déjà délétère dans cet Etat du sud-ouest, où des guetteurs, parfois armés, ont récemment surveillé les urnes métalliques, similaires à des boîtes aux lettres, permettant aux électeurs de déposer leurs bulletins en avance. « Cette machine aurait dû être testée il y a longtemps, la semaine dernière », s’est énervé Donald Newton, un électeur républicain qui a réussi à voter dans le bureau voisin, et reste persuadé que l’élection de 2020 « a été volée ».

Comme de nombreuses personnes rencontrées par l’AFP ces deux dernières semaines, l’octogénaire souscrit à une thèse complotiste alimentée par un documentaire d’extrême droite, selon laquelle les urnes ont été bourrées en 2020. « C’est en train de recommencer », s’est exclamé un autre électeur, prié de se rendre dans un autre bureau de vote et qui n’a pas voulu donner son nom.

Sur Twitter, la présidente du parti républicain de l’Arizona, Kelli Ward, a affirmé que « cela ne se produit pas qu’en Arizona ». D’autres élus conservateurs ont évoqué des problèmes dans le New Jersey.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s