Tunisie: des milliers de manifestants pour connaître le sort de migrants disparus

Manifestation pour réclamer des réponses sur le sort de 12 personnes disparues en mer en septembre, le 4 novembre 2022 à Zarzis, dans le sud-est de la Tunisie afp.com - Fathi NASRI

Des milliers de manifestants ont protesté une nouvelle fois vendredi en Tunisie, à Zarzis, point de départ pour les migrants clandestins vers l’Europe, pour connaître le sort de 12 personnes disparues en mer il y a un mois et demi.

Une embarcation de fortune partie de cette ville dans le sud-est du pays avec à son bord 18 migrants tunisiens, cherchant à rejoindre clandestinement les côtes italiennes, a disparu dans la nuit du 20 au 21 septembre.

Huit corps, dont plusieurs de Tunisiens, ont été retrouvés le 10 octobre par des pêcheurs. Douze autres migrants tunisiens sont encore portés disparus.

« Voleurs de notre pays, tueurs de nos enfants », ont scandé environ 3.000 protestataires, lors d’une « journée de la colère » dirigée contre les autorités locales et nationales, a constaté un correspondant de l’AFP.

Le 18 octobre, cette ville côtière de 75.000 habitants, avait déjà été paralysée par une grève générale pour réclamer l’ouverture d’une enquête sur ce naufrage, intensifier les recherches et protester contre un enterrement à la va-vite de certaines victimes.

Les autorités locales avaient en effet inhumé par erreur quatre migrants tunisiens dans un cimetière privé, « Le Jardin d’Afrique », réservé habituellement aux corps des migrants subsahariens repêchés dans la région.

Sous la pression de plusieurs mouvements de protestation, les corps ont été déterrés, identifiés et inhumés dans les cimetières familiaux.

A la suite de ce drame, le président Kais Saied a ordonné au ministère de la Justice d’ouvrir une enquête pour déterminer les responsabilités.

Du printemps à l’automne, en raison de la météo favorable, le rythme des départs de migrants depuis la Tunisie et la Libye voisine vers l’Italie s’accélère, se soldant souvent par des naufrages mortels.

Depuis le début de l’année, 1.765 migrants ont disparu en Méditerranée, dont 1.287 en Méditerranée centrale, la route migratoire la plus dangereuse au monde, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Face à la pression migratoire, les autorités tunisiennes peinent à intercepter ou à secourir les migrants en raison d’une insuffisance de moyens, selon des déclarations récentes de responsables de la garde maritime à l’AFP.

Plus de 22.500 migrants –des Tunisiens, des Subsahariens et d’autres nationalités — ont été interceptés au large des côtes tunisiennes depuis le début de l’année, selon des données officielles.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s