Les Etats-Unis accusent la Corée du Nord de « tourner en ridicule » le Conseil de sécurité de l’ONU

Des images d'archives d'un test de missile nord-coréen diffusées sur un écran de télévision, le 4 novembre 2022 sur l'île sud-coréenne d'Ulleungdo afp.com - Anthony WALLACE

Les Etats-Unis ont dénoncé vendredi les tirs répétés de missiles par la Corée du Nord qui « tournent en ridicule » le Conseil de sécurité de l’ONU, avec la complicité de la Russie et de la Chine proches de Pyongyang.

Plus tôt, l’armée sud-coréenne avait annoncé avoir déployé des avions furtifs, après avoir détecté 180 avions de combat nord-coréens, nouvel épisode de la spectaculaire montée des tensions dans la péninsule coréenne où Séoul et Washington conduisent des exercices militaires conjoints.

Lors d’une réunion d’urgence sans vote du Conseil de sécurité à New York, l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield a accusé — sans les nommer — Pékin et Moscou, « deux membres de ce Conseil de faire profiter la Corée du Nord d’une couverture de protection » et de « céder pour justifier les violations répétées de la Corée du Nord et lui permettre de tourner en ridicule le Conseil ».

Son homologue français Nicolas de Rivière a fustigé une « escalade sans précédent et des provocations inacceptables ».

Après s’en être pris à la Russie et à la Chine, Washington, Paris, Londres d’autres Etats membres non permanents du Conseil de sécurité ont prôné dans une déclaration commune « l’unité » face à la « menace que la Corée du Nord représente pour la paix internationale ».

La Chine, alliée de la Corée du Nord, et la Russie, dont les relations avec l’Occident sont au plus bas avec la guerre en Ukraine, ont boudé cette déclaration conjointe. Leurs ambassadeurs ont critiqué les exercices militaires entre les Etats-Unis et la Corée du Sud et accusé Washington de vouloir « forcer Pyongyang à un désarmement unilatéral par les sanctions et les pressions ».

– Confrontation –

Avant la réunion, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres s’était dit, par la voix de son porte-parole, « profondément préoccupé par les tensions sur la péninsule coréenne et la poussée d’une rhétorique de confrontation ».

De fait, l’état-major interarmées de Séoul a affirmé que ses forces avaient « détecté environ 180 avions de combat nord-coréens » mobilisés dans l’espace aérien de Pyongyang.

Séoul a « déployé 80 avions de chasse, dont des F-35A ». Les avions mobilisés pour les exercices militaires avec les Etats-Unis sont également « prêts » à décoller, selon la même source.

Ces manœuvres ont été prolongées jusqu’à samedi après le tir apparemment raté jeudi d’un missile balistique intercontinental (ICBM) par la Corée du Nord.

Ils sont parmi les plus importants jamais réalisés, avec des centaines d’avions de guerre impliqués de part et d’autre.

Pyongyang a tiré une trentaine de missiles mercredi et jeudi, dont un a terminé sa course près des eaux territoriales du Sud pour la première fois depuis la fin de la guerre de Corée en 1953.

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a parlé d’une « invasion territoriale de fait ».

– « Manœuvre agressive » –

Baptisés « Vigilant Storm » (« Tempête vigilante »), les exercices américano-sud-coréens constituent « une manœuvre militaire agressive et provocatrice visant la République populaire et démocratique de Corée », a dénoncé mercredi de son côté le régime nord-coréen qui a menacé Séoul et Washington de « payer le plus horrible prix de l’histoire ».

La Corée du Nord considère depuis toujours ces exercices entre Séoul et Washington comme des répétitions générales à une invasion ou à un renversement de son régime.

Des analystes attribuent la réaction particulièrement courroucée de Pyongyang à l’utilisation, pendant « Tempête Vigilante », d’avions furtifs de pointe F-35A et F-35B, perçus comme un outil idéal pour mener des « frappes de décapitation » éclair contre des dirigeants nord-coréens.

La Corée du Nord avait déjà, en septembre, révisé sa doctrine nucléaire pour s’autoriser à mener des frappes préventives en cas de menace existentielle contre le régime de Kim Jong Un.

Si le « système de commandement et de contrôle » nucléaire de la Corée du Nord est « mis en danger par une attaque de forces hostiles, une frappe nucléaire sera lancée automatiquement et immédiatement », précise la nouvelle doctrine.

Séoul et Washington avertissent depuis des mois que la Corée du Nord s’apprête à réaliser un essai nucléaire, qui serait son septième.

L’armée sud-coréenne va aussi procéder la semaine prochaine à son exercice annuel « Taegeuk » afin d' »améliorer la performance en temps de guerre ».

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s