La Russie accusée de vouloir faire « geler » la population ukrainienne et de « déplacements forcés »


Afp.com -

Les Etats-Unis ont accusé vendredi la Russie de vouloir faire « geler » la population ukrainienne cet hiver faute de pouvoir l’emporter sur le champ de bataille, au moment où Vladimir Poutine annonçait la poursuite du déplacement des habitants de la région méridionale de Kherson face à la pression de l’armée de Kiev.

L’Ukraine a dénoncé une politique de « déportation » vers l’est de son territoire sous contrôle russe, voire vers la Russie elle-même, et a pris à témoin la communauté internationale.

Celle-ci a multiplié les initiatives le même jour pour tenter de contraindre Moscou à arrêter son offensive, du chancelier allemand Olaf Scholz, qui a appelé le président chinois Xi Jinping à user de « son influence » en ce sens sur le Kremlin, au G7 réuni à Münster (Allemagne) qui a réitéré son soutien indéfectible à Kiev.

– Le chauffage assuré, affirment les autorités –

Les ministres des Affaires étrangères des sept pays industrialisés ont notamment convenu de mettre en place « un mécanisme de coordination » afin d’aider l’Ukraine à « réparer et défendre » ses installations d’approvisionnement en électricité et en eau massivement pilonnées ces dernières semaines par les Russes.

Il s’agira aussi de livrer pompes à eau, appareils de chauffage, conteneurs d’habitation, sanitaires, lits, couvertures ou tentes.

Car la Russie tente de compenser ses défaites militaires en Ukraine en ciblant des infrastructures vitales pour soumettre ce pays en faisant « geler » ses habitants pendant les mois les plus froids, a estimé à l’occasion du G7 le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken.

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal s’est néanmoins voulu rassurant : « Nous nous préparons à tous les scénarios. Nous stockons des équipements de production d’énergie en cas d’urgence », a-t-il expliqué vendredi.

« Aujourd’hui, près de la moitié des bâtiments dans toute l’Ukraine ont du chauffage. Ce sont des écoles, des jardins d’enfants, des hôpitaux, des immeubles d’habitation (…) A Kiev, 78% des bâtiments sont actuellement chauffés », a déclaré M. Chmygal.

« Il y a suffisamment de réserves dans les dépôts souterrains de gaz. 14,5 milliards de m3 de gaz ont été accumulés. Compte tenu des livraisons étrangères attendues, ces volumes seront suffisants pour passer la saison » où le chauffage est nécessaire, toujours d’après le chef du gouvernement.

« Nous avons déjà reçu 700 générateurs de donateurs (étrangers). 900 autres seront bientôt livrés par eux », a encore dit M. Chmygal.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) va pour sa part renforcer ses actions en Ukraine en vue de permettre aux agriculteurs de continuer à produire malgré le conflit.

– Combats dans l’est –

Parallèlement, les combats se poursuivaient, « les plus violents » s’étant « concentrés cette semaine dans le Donbass (est), à Bakhmout et Soledar », a souligné dans la soirée le président Volodymyr Zelensky.

Mais « nous tenons nos positions », a-t-il assuré, insistant sur les pertes importantes, selon lui, dans les rangs russes.

« Dans la journée, les occupants russes ont tiré trois missiles et effectué cinq frappes aériennes et deux de lance-roquettes multiples », sur les régions de Lviv (ouest), Kharkiv (nord-est), Dnipropetrovsk (centre) et Zaporijjia (sud), a quant à lui signalé l’état-major des forces ukrainiennes.

Face à cette situation, les Occidentaux continuent d’octroyer une aide militaire tous azimuts à l’Ukraine : les Etats-Unis vont ainsi financer la modernisation de chars T-72 et de missiles sol-air HAWK dans le cadre d’un programme de quelque 400 millions de dollars.

« Nous reconnaissons le besoin aigu de défense antiaérienne en ce moment critique où la Russie et les forces russes font pleuvoir des missiles et des drones iraniens sur les infrastructures civiles » ukrainiennes, a à ce sujet lancé vendredi à Kiev Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale du président américain Joe Biden.

– « Plus de 5.000 » déplacés par jour –

Le président russe, sur la Place Rouge pour la fête de l’Unité nationale, n’a pour sa part pas dévié de sa rhétorique habituelle.

« En fournissant continuellement des armes à l’Ukraine, en y envoyant des mercenaires », les Occidentaux « favorisent leurs objectifs géopolitiques, qui n’ont rien à voir avec les intérêts du peuple ukrainien » ; et cela vise « également à affaiblir, désintégrer, détruire la Russie », a martelé M. Poutine.

Concernant l’évacuation en cours de populations du sud de l’Ukraine, il a jugé que « ceux qui vivent actuellement à Kherson » devaient être « éloignés des zones de combat les plus dangereuses ».

« L’administration d’occupation russe a commencé des déplacements de masse forcés d’habitants » de cette région, a réagi le ministère ukrainien des Affaires étrangères, affirmant que « des déplacements similaires sont aussi opérés dans d’autres provinces.

La semaine passée, les Russes avaient fait savoir que 70.000 habitants de Kherson et de sa région avaient été transférés sur la rive gauche du Dniepr, où Moscou contrôle mieux la situation.

Mais le ministère russe de la Défense a annoncé vendredi que ces mouvements de population se poursuivaient au rythme de « plus de 5.000 » personnes par jour.

– « Du flan » –

Pourtant, à Arkhanguelské, un village de la région récemment repris par les troupes ukrainiennes et portant encore les traces d’intenses combats – uniformes russes ensanglantés dans les rues, destructions et odeur de cadavre émanant de certains bâtiments -, une habitante a raconté avoir accueilli les soldats ukrainiens en héros.

« Les soldats m’ont serrée si fort dans leurs bras que j’avais l’impression qu’ils étaient mes enfants », a dit Tamara Propokiv, 59 ans, les larmes aux yeux.

Pour endiguer la dynamique militaire ukrainienne, Vladimir Poutine s’est vanté sur la Place Rouge d’avoir dépassé les objectifs de mobilisation de réservistes.

« Nous avons déjà 318.000 » mobilisés et « des volontaires continuent d’arriver. Le nombre des volontaires ne diminue pas », s’est félicité le chef de l’Etat russe.

Des proches de soldats russes ont toutefois narré à l’AFP le « chaos » de cette mobilisation décrétée le 21 septembre.

« Tout ce qu’on nous montre à la télé, c’est du flan. On a l’impression que la décision de mobiliser a été prise brusquement et que personne n’était prêt », a commenté Tatiana, une femme dont le neveu a été recruté début octobre à Krasnogorsk.

Des milliers d’hommes russes ont aussi fui leur pays de peur d’être mobilisés, tandis que, très présent en Ukraine, le groupe paramilitaire Wagner a ouvert vendredi son premier quartier général officiel à Saint Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s