Mondiaux de gym: les Chinois retrouvent le rythme et le titre par équipes

Le Chinois Sun Wei au sol lors du concours par équipes, aux Mondiaux de gymnastique, le 2 novembre 2022 à Liverpool afp.com - Paul ELLIS

Deux jours après une entrée en matière laborieuse, les gymnastes chinois se sont repris de manière éblouissante pour remporter le titre par équipes des Championnats du monde, mercredi à Liverpool.

Avec un score de 257,858 points, les Chinois, seulement quatrièmes des qualifications lundi, ont devancé de plus de quatre points leurs rivaux japonais menés par le double champion olympique Daiki Hashimoto (253,395 pts). Ils offrent à la Chine le treizième titre mondial par équipes de son histoire, le dernier datant de 2018.

« Cette médaille d’or par équipes signifie que la gymnastique chinoise masculine est de retour », a déclaré Zhang Boheng, champion du monde en titre du concours général.

Signe de leur domination, ils ont décroché mercredi la première place sur cinq des six concours de la soirée. « On a fait tellement mieux qu’aux qualifications. On a eu une journée pour réfléchir et s’aérer la tête. On a fait des ajustement et on a fait de notre mieux en finale. On était vraiment dans le rythme et dans le bon élan aujourd’hui », s’est-il félicité.

Malgré une chute et des nerfs fragiles, les Chinois ont fait la différence dès leur première agrès, le redouté cheval d’arçons, prenant une avance de 2,5 points sur leurs dauphins.

Le champion olympique des barres parallèles Zou Jingyuan a ensuite particulièrement brillé sur son agrès de prédilection, au-dessus du lot avec un score de 15,766 et une exécution quasi parfaite récompensée de 9,266 points.

A l’inverse côté japonais, Daiki Hashimoto, présenté comme le nouveau patron de la gymnastique masculine mondiale, a chuté sur son agrès fort, la barre fixe. Au total, les Japonais ont chuté deux fois aux arçons et une fois à la barre fixe.

« On était stressés. Personnellement, mon corps n’était pas au top et j’ai fait une erreur que je ne fais pas d’habitude », a regretté Doi Ryosuke.

Le duel attendu entre Hashimoto, triplement médaillé aux JO de Tokyo l’an dernier, et Zhang Boheng est programmé pour vendredi lors du concours général individuel.

– « Le come-back de ma vie »-

Poussés par leur public, les Britanniques (247,229 pts), huitièmes et derniers à deux rotations de la fin, sont allés chercher la médaille de bronze. En grande difficulté au cheval d’arçons, les champions d’Europe de Munich cet été ont trouvé les ressources pour revenir dans la course.

« J’ai dit aux mecs, +Ok, on n’a rien à perdre. Faisons ce qu’on sait faire+ », a raconté Joe Fraser. « C’est le come-back de ma vie. On n’a jamais douté. »

« Le fait qu’on n’ait pas abandonné, cela montre, non seulement aux gymnastes mais aux gens du monde entier, que peu importe où vous êtes, battez-vous jusqu’au bout », a poursuivi Giarni Regini-Moran. « N’abandonnez pas. Regardez le résultat, nous avons fini avec une médaille de bronze. Je n’arrive pas à y croire, je suis sous le choc. »

Chine, Japon et Grande-Bretagne valident au passage leur qualifications pour les JO de 2024, tandis que les autres équipes devront encore batailler lors des Mondiaux-2023 pour espérer décrocher un billet pour Paris.

La compétition se poursuit jeudi avec le concours général individuel féminin, où la Brésilienne Rebeca Andrade, révélation des JO de Tokyo, fait figure de favorite d’une finale assez ouverte.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s