C1: le Paris SG à Turin pour assurer la tête et ses arrières

Les Brésiliens Marquinhos (g) et Neymar (d) en discussion avec l'Argentin Lionel Messi lors d'un entraînement du PSG, le 1er novembre 2022 àSaint-Germain-en-Layeafp.com - Thomas SAMSON

Devant, ça va, derrière, bonjour les dégâts: le Paris Saint-Germain cherche contre la Juventus à la fois la première place de son groupe en Ligue des champions et un peu de sérénité défensive, mercredi (21h00) à Turin.

Le score de 11-5 sur les deux derniers matches, 7-2 contre Haïfa puis 4-3 face à Troyes, résume le PSG de cette saison: une machine à marquer des buts, grâce au talent fou de Lionel Messi, Neymar (suspendu à Turin) et Kylian Mbappé, mais en déséquilibre permanent.

Même l’Estac, modeste 12e de L1, a su appuyer là où ça fait mal, « en prenant de la vitesse sur les côtés et en exploitant les espaces » et « sur transition, une de leur faille », a décrypté l’entraîneur aubois, Bruno Irles.

Mais toute la saison du PSG risque bien de se jouer sur ce fil de funambule. Il faut bien assumer de se découvrir pour favoriser la libre expression de la « MNM » formée par Messi, Neymar et Mbappé.

« J’ai trois joueurs extraordinaires devant », synthétise Christophe Galtier, qui pourrait remplacer « Ney » par Carlos Soler, mercredi soir. « Il faut trouver un système, avec une organisation complémentaire au milieu de terrain, pour qu’ils puissent s’exprimer plus librement ».

– Trio huilé –

Dans cette organisation avec un milieu en losange et Messi et Mbappé en pointe, « pouvoir défendre plus dans la densité nous permet d’avoir des transitions, quand un des trois part balle au pied, ça joue vite, ça joue juste, ça joue les uns pour les autres, et c’est très agréable à voir », poursuit le technicien.

Quand tout est huilé devant, cela donne un 7-1 à Lille ou le 7-2 de la semaine dernière contre le Maccabi Haïfa.

« C’est très important qu’ils prennent du plaisir, il faut que ça continue. C’est très agréable de les entraîner, des les voir, surtout quand ils s’expriment comme ça », saluait le coach le soir des sept buts contre Haïfa, deux pour Messi, deux pour Mbappé, un pour Neymar, qui a aussi provoqué un but contre son camp.

« Ils aiment jouer ensemble, ils travaillent ensemble tous les jours, croyez-moi », insistait-il, pour tordre les rumeurs de dissensions entre Mbappé et le duo argentino-brésilien.

La question reste: comment s’organiser pour défendre, sachant qu’en outre, avec la suspension de Neymar, Galtier perd celui des trois qui travaille le plus en premier rideau. Et Presnel Kimpembe, qui vient à peine de reprendre après sept semaines d’absence, est forfait pour une gêne au tendon d’Achille droit.

– Déséquilibre –

« Qui mettre derrière eux pour être juste dans la relance, intense dans la récupération », s’interroge le coach. Il a l’embarras du choix avec des joueurs en forme. Marco Verratti, suspendu contre Haïfa, revient, Fabian Ruiz traverse « une bonne période », souligne Galtier, Vitinha réussit un excellent début de saison et Renato Sanches revient bien, après deux blessures.

Attention toutefois, le match aller contre la Juve, gagné 2-1, avait déjà illustré le déséquilibre qui guette toujours cette équipe: le PSG a marqué deux buts magnifiques, par Mbappé, avant d’en concéder un sur coup de pied arrêté, une autre faiblesse identifiée, et de risquer le nul sur un malentendu dans un match qu’il avait pourtant survolé.

Paris a besoin d’une victoire à Turin, pour garder à coup sûr la première place du groupe devant Benfica. Les deux équipes sont à égalité à 11 points, pas départagées par la confrontation particulière (deux fois 1-1).

Mais Paris a l’avantage sur les Lisboètes, en déplacement à Haïfa, à la différence de buts, +8 contre +4, grâce justement à son merveilleux pouvoir offensif.

De son côté, la Juve doit obtenir le même résultat que le Maccabi pour garder la troisième place, synonyme de barrage de Ligue Europa. Les deux équipes se sont aussi neutralisées (3-1/0-2) et les Turinois n’ont que l’avantage d’une différence de but moins mauvaise, -3 contre -9.

Pour Galtier, ce match est « très important ». Personne au club n’a oublié que la deuxième place l’an dernier avait conduit à un 8e de finale contre le Real Madrid et une élimination douloureuse (1-0/1-3).

Gagner à Turin permettrait aussi au PSG de régler un compte historique avec une équipe qui l’a toujours éliminé en coupes d’Europe, avec même une humiliation en Supercoupe de l’UEFA 1996: 6-1 au Parc et 3-1 à Palerme.

A l’époque, c’est le bilan contre la Juve qui était déséquilibré, pas le jeu…

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s