Un pont suspendu s’effondre en Inde : au moins 75 morts

Carte d'Inde localisant le pont Morbi dans l'Etat de Gujarat (ouest) afp.com -

Au moins 75 personnes sont mortes dimanche soir en Inde quand un pont piétonnier suspendu enjambant une rivière s’est effondré dans l’Etat du Gujarat (ouest), a indiqué un membre du gouvernement local.

Les autorités ont estimé que 500 personnes, y compris des femmes et des enfants, se trouvaient sur le pont et aux alentours, se livrant à des rituels religieux, lorsque les câbles qui le soutenaient ont cédé peu après la tombée de la nuit.

« Soixante-quinze personnes sont mortes », a dit par téléphone à l’AFP un responsable local. Il a précisé que la plupart des victimes s’étaient noyées.

Des médias évoquaient pour leur part un bilan d’au moins 90 morts, non confirmé à ce stade.

Un précédent bilan officiel faisait état de 60 morts.

Un membre du gouvernement du Gujarat, Brijesh Merja, avait précédemment indiqué que plus de 80 personnes avaient pu être secourues.

Le pont sur la rivière Machchhu, situé à Morbi, à environ 200 kilomètres à l’ouest d’Ahmedabad, la principale ville du Gujarat, datait de l’époque coloniale britannique et venait de rouvrir au public après des mois de travaux.

« Les gens tombaient les uns sur les autres quand le pont a rompu. Ils s’étaient amassés dessus pour des rituels à cause du festival Diwali. Il y a beaucoup de femmes et d’enfants parmi les victimes », a raconté un témoin non identifié cité par un média local.

– Plongeurs et militaires –

Le pont suspendu, long de 233 mètres, avait été construit en 1880 avec des matériaux apportés d’Angleterre, selon les médias locaux.

La chaîne NDTV a affirmé qu’il avait été rouvert au public mercredi après sept mois de travaux sans qu’un certificat de sécurité ait été émis par les autorités.

Une opération de sauvetage a été lancée, impliquant des plongeurs, des embarcations et des dizaines de soldats.

Le Premier ministre Narendra Modi, qui se trouvait au Gujarat, dont il est originaire, a demande « la mobilisation urgente d’équipes de secours », et la mise à disposition d’aides pour toutes les victimes, a tweeté son cabinet.

Les accidents sur des infrastructures anciennes et mal entretenues sont fréquents en Inde, notamment sur des ponts.

En 2016 la rupture d’une passerelle au-dessus d’une rue animée dans la ville de Kolkata (est) avait causé la mort d’au moins 26 personnes.

En 2011 au moins 32 personnes avaient perdu la vie dans l’effondrement d’un pont sur lequel se trouvaient une foule de participants d’un festival dans le nord-est de l’Inde, à environ 30 kilomètres de la ville de Darjeeling.

Moins d’une semaine après environ 30 personnes trouvaient la mort dans la rupture d’une passerelle franchissant une rivière dans l’Etat d’Aruchnal Pradesh (nord-est).

En 2006 ce sont au moins 34 personnes qui avaient été tuées par l’effondrement d’un pont vieux de 150 ans sur un train de passagers dans une gare de l’Etat du Bihar (est).

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s