Cyclisme: Colbrelli met un terme à sa carrière après son malaise cardiaque

Le cycliste italien Sonny Colbrelli après avoir remporté Paris-Roubaix, le 3 octobre 2021 afp.com - Anne-Christine POUJOULAT

L’Italien Sonny Colbrelli, victime d’un arrêt cardio-respiratoire lors du Tour de Catalogne cyliste en mars, a décidé de mettre un terme à sa carrière à l’âge de 32 ans, a-t-il annoncé dimanche dans un communiqué de son équipe Bahrain Victorious.

« Je dis au revoir au cyclisme, j’essaie de le faire avec le sourire en me souvenant de tout ce qu’il m’a donné, même si cela fait mal de faire ses adieux après la saison que j’ai réalisée, la meilleur de ma carrière », a déclaré Colbrelli qui, en 2021, avait remporté Paris-Roubaix, ainsi que les titres de champion d’Italie et d’Europe.

Colbrelli avait perdu connaissance, victime d’un arrêt cardio-respiratoire, le 21 mars à Sant Feliu de Guixols juste après la première étape du Tour de Catalogne, dont il s’était classé 2e.

Les services médicaux avaient pratiqué un massage cardiaque avant de le transporter à l’hôtal universitaire de Gérone où il avait été mis en évidence qu’il souffrait d’arythmie cardiaque

Il a dû ensuite se faire poser un défibrillateur sous-cutané (DSC), comme l’international danois Christian Eriksen, victime d’un malaise durant un match du dernier Euro.

Pour reprendre sa carrière, à Brentford, puis Manchester United, Eriksen a dû résilier son contrat avec l’Inter Milan, car ce type de dispositif est jugé en Italie incompatible avec les sports sollicitant beaucoup le système cardiovasculaire.

Colbrelli s’est retrouvé dans la même situation.

« Après ce qu’il s’est passé en Catalogne, l’espoir de poursuivre ma carrière professionnelle ne m’a jamais abandonné, mais si j’étais conscient que cet espoir était réduit », a expliqué le coureur italien qui a repris le cyclisme « sous surveillance médicale ».

« Mais le cyclisme n’est pas le football, c’est un sport différent, où la compétition a lieu sur des routes, pas dans des stades où les services d’urgence peut intervenir rapidement si besoin », a-t-il expliqué.

« Il y a aussi et surtout l’intensité des efforts. Retirer le défibrillateur n’est pas envisageable d’un point de vue médical, car il est nécessaire pour me protéger et le risque serait trop élevé. C’est un risque que je ne peux pas prendre », a-t-il conclu.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s