Andrade, Hashimoto, Carey… Les stars à suivre aux Mondiaux de gymnastique

La gymnaste brésilienne Rebeca Andrade lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020, le 1er août 2021afp.com - Lionel BONAVENTURE

En l’absence de l’icône Simone Biles, qui privilégie actuellement sa santé mentale à la compétition, les Championnats du monde de gymnastique de Liverpool sont l’occasion pour plusieurs champions olympiques de Tokyo, la Brésilienne Rebeca Andrade en tête, de réaffirmer leur statut.

Voici une sélection des principaux gymnastes à suivre au cours des Mondiaux (29 octobre-6 novembre):

. Rebeca Andrade (Brésil)

Devenue l’an dernier à Tokyo la première Brésilienne à remporter un titre olympique en gymnastique, Rebeca Andrade, 23 ans, sera l’une des têtes d’affiche de ces Mondiaux. Après son or au Japon, elle avait ensuite confirmé trois mois plus tard en s’offrant le titre mondial du saut de cheval.

La récente étape parisienne de la Coupe du monde ne lui a pas complètement permis de s’exprimer, mais la star de Sao Paulo, reconnue pour sa gym puissante et élégante, sera forcément dangereuse au saut, aux barres asymétriques et au concours général.

Avec sa compatriote Flavia Saraiva, Andrade, dont la carrière a été marquée par trois opérations des ligaments croisés du genou droit, pourrait aussi offrir à son pays une première médaille dans l’épreuve par équipes.

. Daiki Hashimoto (Japon)

Plus jeune champion olympique du concours général l’an passé alors qu’il n’avait que 19 ans, le Japonais Daiki Hashimoto avait terminé les JO avec trois médailles, remportant également l’or à la barre fixe et l’argent au concours général par équipes.

Pour ses premiers Jeux, il avait ainsi hérité du lourd statut de nouveau patron de la gymnastique, reprenant le flambeau de son illustre compatriote Kohei Uchimura, légende de la gym avec ses deux titres olympiques au concours général à Londres et à Rio.

Les Jeux, « c’est de l’histoire ancienne. Je suis focalisé seulement sur cette compétition », a-t-il assuré jeudi à l’entraînement. « Je veux remporter l’or avec l’équipe (…) et simplement me concentrer sur ce que je dois faire. »

Mais le Japonais a prévenu qu’il n’était pas au meilleur de ses capacités. « C’est compliqué, je ne peux pas contrôler mon corps, donc la médaille d’or sera difficile à atteindre. »

. Nina Derwael (Belgique)

La reine des barres asymétriques fait à Liverpool sa réapparition en compétition après avoir pris une pause qui lui a permis, entre autres, de gagner l’édition belge de l’émission « Danse avec les stars ».

À Tokyo, la double championne du monde des barres avait offert à la Belgique son premier or olympique en gymnastique. Les Mondiaux signent son retour à la compétition depuis les Jeux, ayant renoncé aux Championnats d’Europe en août en raison d’une blessure à un genou.

« L’année a été longue depuis les Jeux et je suis vraiment ravie d’être de nouveau ici, même si c’est juste pour deux agrès (poutre et barres, NDLR). J’ai repris l’entraînement début mars, donc ça ne fait pas si longtemps, et la reprise a été difficile pour mon corps. Mais maintenant je pense être prête », a déclaré la gymnaste de 22 ans.

. Artem Dolgopyat (Israël)

Tout comme Andrade et Derwael, l’Israélien Artem Dolgopyat est également entré dans l’histoire de son pays aux JO de Tokyo. Grâce à sa victoire au sol, il était devenu le premier gymnaste israélien à décrocher l’or et l’un des trois seuls champions olympiques de l’histoire de l’État hébreu, tous sports confondus.

Le jeune homme de 25 ans, fils d’un gymnaste ukrainien, a depuis confirmé sa domination à cet agrès avec une médaille d’or aux Championnats d’Europe et trois victoires en Coupe du monde, à Doha, au Caire et à Bakou.

Il sera l’homme à battre sol à Liverpool, où il visera un premier titre mondial après deux médailles d’argent (2017 et 2019). Il a promis d’y augmenter la difficulté de sa routine.

. Jade Carey (États-Unis)

Depuis sa médaille d’or au sol pour ses débuts olympiques à Tokyo, Jade Carey s’est épanouie en tant que gymnaste polyvalente. Elle a remporté l’or au saut et l’argent à la poutre lors de la Coupe du monde de Paris en septembre. Le tout, en ayant commencé des études universitaires en janvier dernier.

Avec l’autre cheffe de file de la délégation américaine, Jordan Chiles, elle tentera d’apporter aux États-Unis un sixième titre consécutif dans le concours général par équipes, même s’il faudra se passer de Simone Biles pour la première fois en dix ans.

À l’issue de l’épreuve, les trois meilleures équipes, chez les hommes et chez les femmes, valideront déjà leur participation aux Jeux olympiques de Paris dans moins de deux ans.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s