Bangladesh: au moins 28 morts au passage du cyclone Sitrang, des millions privés d’électricité

Une rue inondée après le passage du cyclone Sitrang, le 25 octobre 2022 à Barisal, au Bangladesh afp.com - Munir uz Zaman

Au moins 28 personnes sont mortes et quatre autres disparues dans le sillage du cyclone Sitrang au Bangladesh où des millions d’habitants sont toujours privés d’électricité, ont indiqué les autorités mercredi.

Des plongeurs du service des pompiers ont retrouvé les corps de quatre membres d’équipage d’un bateau de dragage naufragé au passage du cyclone dans le golfe du Bengale.

Sitrang a touché terre lundi soir dans le Sud du pays. Les autorités avaient réussi à organiser l’évacuation vers des abris d’un million de personnes environ, avant qu’il ne frappe.

« Nous avons trouvé un corps mardi soir et trois autres ce matin (mercredi). Quatre membres d’équipage sont toujours portés disparus », a déclaré à l’AFP Abdullah Pasha, du service des pompiers.

En outre, près de cinq millions de personnes sont toujours privées d’électricité mercredi, a indiqué à l’AFP Debashish Chakrabarty, un responsable du Bureau de l’électrification rurale.

Selon le gouvernement, près de 10.000 habitations vétustes aux toits de tôle ont été « détruites ou endommagées » et les cultures maraîchères ont été dévastées sur de vastes étendues de terres agricoles.

Près d’un million de personnes qui avaient été évacuées des régions des basses terres sont désormais rentrées chez elles.

Des arbres ont été déracinés jusque dans la capitale Dacca qui, à des centaines de kilomètres du cyclone, a aussi subi des pluies diluviennes comme une grande partie du pays lundi.

Environ 33.000 réfugiés rohingyas sur l’île de Bhashan Char, exposée aux tempêtes, dans le golfe du Bengale, ont reçu l’ordre de ne pas sortir. Aucune victime ni aucun dégât n’y ont été signalés, selon les autorités.

Le Bangladesh, pays d’environ 170 millions d’habitants, est classé parmi les pays les plus touchés par les phénomènes météorologiques extrêmes depuis le début du siècle, selon l’Onu.

Selon les scientifiques, il est probable que le réchauffement climatique rende les cyclones plus intenses et plus fréquents dans les pays d’Asie du Sud, bordés par le golfe du Bengale, mais les procédures d’évacuation se sont aussi grandement améliorées grâce à des prévisions plus précises.

En 2020, le cyclone Amphan, le deuxième « super cyclone » jamais enregistré dans le golfe du Bengale, a fait plus de cent morts au Bangladesh et en Inde et des millions de sinistrés.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s